ecriture memoires d'un métier stephen king avis
Coin de l'écrivain

“Ecriture, mémoires d’un métier” de Stephen King

écriture memoires d'un métier stephen king

Il est minuit passé quand je me décide à rejoindre mon lit, “Ecriture” à la main. Quelques lignes me mettront en appétit et poseront le contexte de cette oeuvre qui m’a été recommandée. Quand mon homme s’est mis à se plaindre de la lumière qui l’empêchait de dormir, il était 2h du matin.

Je ne vais pas vous faire un résumé de Ecriture. Les conseils distillés dans ces pages, l’humour, la gravité et le ton employé perdraient leur impact.

Stephen King ne fait pas partie de mes auteurs préférés et je ne vais pas vous raconter que je suis une fan depuis mon adolescence. Pour être franche, je n’ai jamais lu un seul de ses bouquins, à part Ecriture que je referme à l’instant.

J’ai vu quelques films: Carrie, Jessy, La ligne verte et les Tommyknockers. L’auteur me semblait perché, et il l’est sans aucun doute. En revanche, je ne lui connaissais pas cette part profonde mêlée d’authenticité et de professionnalisme.

Ce livre restera gravé dans ma mémoire, j’espère le plus longtemps possible.

Première partie de “Ecriture”

La première partie se nomme “CV”. Stephen King nous raconte, en outre, son enfance, la rencontre avec sa femme et le décès de sa mère. On y apprend comment Carrie a faillit ne jamais voir le jour, ce qui l’a poussé à devenir écrivain et où il puisait ses premières inspirations.

Il fait également des détours sur le chemin de ses addictions qui ont faillit le tuer. Sans prendre de gant, il raconte sa descente aux enfers et comment il s’en est sorti grâce au soutien de ses proches, sa femme en particulier.

Il a voulu partager les événements importants de sa vie, ceux qui ont fait de lui l’homme qu’il est devenu.

J’ai aimé cette partie parce qu’elle raconte la vérité toute crue. Un homme passionné par le fait de raconter des histoires qui a commencé comme tous les écrivains: inconnu, à écrire après le boulot dans des endroits pas toujours inspirants, pour ne pas dire sordides.

Cela fait du bien de lire ça. Surtout quand bon nombre de méthodes d’écriture prêchent la sainte trinité pour avoir une chance de vivre de cet art: le bon endroit, le bon état d’esprit et les bons contacts.

Je ne peux que remercier Stephen King pour avoir eu l’audace de bousculer les clichés et les idées reçues en la matière.

“Voici donc comment les choses se sont passées pour moi, et seulement pour moi: le processus anarchique dans lequel j’ai grandi où l’ambition, le désir, la chance et un peu de talent ont tour à tour joué un rôle.

Inutile de tenter de lire entre les lignes, inutile de chercher une tendance générale. Il n’y a pas de tendance générale, rien que des instantanés, flous pour la plupart.”

Extrait de Ecriture – Stephen King

Solitude et persévérance

Voici deux remarques qui m’ont interpellée dans cette première partie de “Ecriture”. Elles sont évidemment sorties de leurs contextes et rattachées à des histoires plus longues. Néanmoins, vous y dénicherez de précieuses informations.

“Ecrire est un boulot solitaire. Avoir quelqu’un qui croit en vous fait une sacrée différence. Ce quelqu’un n’a pas besoin de faire de discours. Qu’il croit en vous est en général suffisant”

———-

“(…) J’ai compris que le fait d’arrêter la rédaction d’un texte simplement parce que c’est difficile, sur le plan affectif ou sur celui de l’imagination, est une mauvaise idée. Il faut parfois continuer même quand on n’en n’a pas envie, et il arrive qu’on fasse du bon boulot alors qu’on a l’impression d’être là, à pelleter bêtement de la merde, le cul sur une chaise.”

Extraits de “Ecriture – Stephen King

Votre bureau

Stephen King a commencé à écrire quand il était gosse. Son petit bureau sous la pente du toit était son premier coin d’écriture. Un clou planté dans le mur juste au dessus servait à empiler les lettres de refus des magazines auxquels il envoyait ses premières histoires.

Il raconte que quand ses affaires ont commencé à bien marcher, il s’est fait livrer un bureau imposant pour le mettre au milieu d’une pièce non moins imposante. Derrière ce mastodonte il se sentait tout puissant, le capitaine d’un gros navire comme il dit. Son ego était flatté.

Plus tard, il transforma cette pièce en salon pour que ses enfants puissent venir y regarder la télé en mangeant une pizza à côté de lui. Ce changement est survenu après son combat pour sortir de l’alcoolisme et de l’usage des drogues.

Il se débarrassa de son imposant bureau pour en choisir un deux fois plus petit, qu’il installa dans un coin de la pièce, sous la pente du toit. Voici son conseil à la fin de ce passage:

“Et pour commencer, mettez votre bureau dans un coin et, chaque fois que vous vous y installerez pour travailler, rappelez-vous pour quelle raison il n’est pas au milieu de la pièce. La vie n’est pas un système logistique destiné à soutenir l’art. C’est le contraire.”

Extrait de Ecriture – Stephen King

Approcher la page blanche

Juste avant de rentrer dans le vif du sujet, Stephen King nous met un grand coup de pied au cul. J’utilise cette tournure parce qu’elle s’accorde avec tout le ton du livre. Si vous êtes allergique à un peu de grossièreté, ne lisez pas ce bouquin.

Moi, j’aime bien. Je ne jure pas comme un charretier du matin au soir, mais je suis d’accord pour dire que quand une situation mérite de dire “merde”, il faut dire merde. Pas bon sang, zut ou flûte. Merde.

Voici l’extrait qui m’a fait me redresser sur mon canapé. Quand je l’ai lu, je me suis sentie obligée de m’installer dans une position plus digne. Pour peu, je me retrouvais 25 ans en arrière à faire attention à ce que mes coudes ne soient pas sur la table, sous le regard de mon père.

Même si ce passage est un brin paternaliste, je remercie l’auteur de l’avoir inclus à son récit. Il est essentiel et permet de se replacer en position d’écrivain, pas en gribouilleur du dimanche.

D’ailleurs, c’est à ce moment là que vous pourrez vous aussi choisir le camp auquel vous voulez appartenir.

Choisir son camp

“Vous pouvez entreprendre cet acte, l’écriture, en étant nerveux, excité, plein d’espoir ou même de désespoir; avec le sentiment que jamais vous n’arriverez à mettre sur la page tout ce que vous avez dans l’esprit et le cœur. Vous pouvez l’entreprendre les poings serrés, les yeux plissés, prêt à botter des culs et à relever des noms. Vous pouvez l’entreprendre parce que vous voulez épouser une fille, ou parce que vous voulez changer le monde. Vous pouvez l’entreprendre comme bon vous semble – mais pas à la légère. Permettez-moi de le répéter: n’approchez pas la page blanche à la légère.

[…] Il s’agit d’écrire, nom d’un chien, pas de laver la voiture ou de se maquiller les yeux. Si vous êtes capable de prendre l’écriture au sérieux, nous pouvons faire affaire. Si vous n’en êtes pas capable, ou si vous ne voulez pas, le moment est venu pour vous de refermer ce livre et de faire autre chose.

De laver la voiture, par exemple.”

Extrait de Ecriture – Stephen King

La boîte à outils

Dans votre boîte à outils d’écrivain, Stephen King conseille d’y placer plusieurs étages.

Étage 1: Vocabulaire

L’auteur nous invite à gommer toute forme de complexe d’infériorité en la matière. Certains écrivains disposent d’un vocabulaire étendu, alors que d’autres auront à leur disposition un panel de mots plus modeste. Peu importe. L’important, c’est ce que vous en faites.

Étage 2: Grammaire

Il est important de maîtriser les règles élémentaires de grammaire pour un écrivain. Si vous avez des difficultés en la matière, apprenez. Inutile de vous plonger dans une reprise d’études, mais lisez quelques livres sur le sujet pour avoir les bases d’une construction de phrase cohérente.

Si vous ne voulez pas faire cet effort, ne devenez pas écrivain.

Étage 3: Stylistique

Plusieurs conseils sont donnés dans “Ecriture” en matière de stylistique, dont voici les principaux.

  • Eviter la voix passive
  • L’adverbe n’est pas un ami
  • Bannissez les verbes déclaratifs de vos dialogues (“cria-t-il” ou “éructa-t-il” par exemple.)

Sur ce dernier point, Stephen King nous invite à faire tout notre possible pour que l’utilisation des verbes déclaratifs dans les dialogues ne soit pas nécessaire. Au moment où le lecteur arrive sur la partie dialogue, il doit déjà savoir dans quel état sont et comment les personnages vont s’exprimer.

S’il est nécessaire de préciser ce genre de détails au lecteur, alors l’écrivain a perdu la partie. Il manque quelque chose à son récit.

Les deux activités primordiales de l’écrivain

“Si vous voulez devenir écrivain, il y a avant tout deux choses que vous devez impérativement faire: lire beaucoup et beaucoup écrire. Il n’existe aucun moyen de ne pas en passer par là, aucun raccourci.”

Extrait de Ecriture – Stephen King

Lire vous permettra de vous familiariser avec le genre que vous voulez écrire. Vous pourrez également gagner en vocabulaire, grammaire et stylistique. Repérer ce qui fonctionne et ne fonctionne pas dans une histoire deviendra un jeu et vous pourrez ensuite vous en inspirez pour votre propres écrits.

Vous devez connaître le sentiment d’être embarqué dans un récit mémorable. Ne pas vouloir refermer un livre. La tristesse de la fin d’un roman qui vous a bouleversé. Si vous n’avez jamais vécu ça, vous ne serez jamais en mesure de le faire vivre à vos lecteurs. Lisez ce que font les autres.

Stephen King préconise un programme allant de 4h à 6h de lecture et d’écriture, tous les jours. Répartissez ce temps entre les deux activités. Au départ, écrivez au moins 1000 mots par jour, puis 2000. Ecrivez ce qui vous vient. Votre nouvelle idée, votre nouveau roman, une nouvelle, peu importe. Mais surtout, ne passez pas une journée sans écrire.

Ce moment ne doit pas devenir une torture. Il doit être un instant joyeux, que vous avez hâte de vivre. C’est ce sentiment qui vous fera dire si vous êtes fait pour le métier d’écrivain.

Ecrire votre roman

Le premier jet de votre livre ne devrait pas prendre plus de 3 mois. Dix pages d’écriture par jour, soit environ 2000 mots. A la fin des 3 mois, vous aurez un premier jet de 180 000 mots, une longueur correcte pour un roman.

Ecrivez jusqu’à avoir atteint votre objectif du jour. Le secret: une atmosphère sereine. Ecrivez la porte fermée, à votre bureau, sans distraction à porté de main ou d’yeux.

Laissez ensuite reposer votre manuscrit pendant au moins 6 semaines. Vous devez presque en oublier le contenu. Résistez à la tentation de relire des passages ou d’apporter des corrections. Le mieux: entamer l’écriture de votre prochain roman pour vous sortir la tête du premier.

Le second jet doit répondre à la formule suivante: Jet 1 – 10% = Jet 2

Après votre pause de 6 semaines, reprenez votre roman pour le réduire de 10%. Faites la chasse aux adverbes, répétitions, longueurs et incohérences.

Une fois votre second jet terminé, confiez-le à vos lecteurs test. Prenez leurs remarques en considération et apprenez à “sacrifier vos chéries”. Si vous trouvez un passage génial et que vos lecteurs vous disent qu’il est nul, écoutez-les. S’ils trouvent des incohérences, corrigez et ajustez.

Vous n’écrivez pas pour vous, vous écrivez pour eux.

Les sujets qui marchent

“Lorsqu’un lecteur entend clairement l’écho de ce qui est sa vie, de ce qui constitue ses croyances, il y a davantage de chances pour qu’il s’investisse dans l’histoire.

[…] Ecrivez ce que vous avez envie d’écrire, insufflez-y de la vie et rendez votre texte unique en y mêlant ce que vous savez de l’existence, de l’amitié, des relations humaines, du sexe, du travail. En particulier du travail. Les gens adorent qu’on leur parle du travail.”

Extrait de Ecriture – Stephen King

Dans la suite de “Ecriture”, Stephen King nous livre des éléments sur la narration, la description et les dialogues.

Pour bien faire, je devrais recopier l’intégralité de ce passage ici tant il y a de détails importants et à mon avis essentiels.

Le plus important, et le plus inattendu, est sans doute le fait que l’auteur ne place pas l’intrigue au cœur de ses romans. Il part d’une situation et laisse ses personnages évoluer au fil de l’écriture. C’est surprenant car bon nombre d’écrivains vous diront qu’il est nécessaire de faire un plan bien détaillé avant de se lancer.

J’imagine que les deux techniques fonctionnent et qu’il s’agit au final d’une histoire d’affinités. Une chose est sûre pour Stephen King: l’histoire doit toujours rester l’élément central de votre roman. Pas vos personnages, pas vos descriptions. L’histoire.

Mon avis sur “Ecriture” de Stephen King

“Ecriture” est le tout premier livre d’écrivain que j’ai pioché dans ma pile à lire, et quelle bonne pioche!

Je ne sais pas (encore) à quoi mon enthousiasme débordant est dû. Soit à découverte de ce genre: des conseils par centaines, concrets et utiles. Soit à la fascination avec laquelle j’ai découvert une autre facette de Stephen King qui le ramène presque à ma hauteur.

A la fin de ma lecture, j’ai retenu trois choses.

La première, c’est que même les grands écrivains qui vivent plus que décemment de leur plume ont débuté un jour. Ils ont été assis là derrière le petit bureau, à écrire des histoires pour le plaisir et à se prendre des refus en pleine tronche.

La seconde, c’est cette notion de plaisir. Devenir écrivain demande de la passion. Pas juste une envie timide nourrie par quelques projets ambitieux de gloire. La vraie passion, celle qui vous prend aux tripes. Celle qui vous fait écrire parce que vous aimez ça, même si ça ne vous rapporte rien, même si tout le monde vous dit que vous perdez votre temps.

Troisièmement: le travail. Devenir un vrai écrivain demande un vrai travail, de la curiosité et de l’investissement personnel. Quand j’ai lu que Stephen King préconisait entre 4h et 6h de lecture et d’écriture par jour, j’ai eu un vrai déclic. Le genre de scène dans laquelle j’ai pris conscience du sérieux de la situation.

Vous l’aurez compris, j’ai adoré “Ecriture”. Mes prochaines lectures me feront peut-être revenir sur cette décision, mais pour l’heure, si vous voulez devenir écrivain et que vous ne deviez lire qu’un seul livre sur ce sujet, je vous conseillerai celui-ci.

C’est à vous!

Je serais curieuse d’avoir vos avis sur “Ecriture” de Stephen King. Laissez-moi un commentaire ci-dessous si vous aussi vous l’avez lu pour me dire ce que vous en pensez.

Cet article vous a plu? Partagez-le sur vos réseaux sociaux à l’aide des boutons ci-dessous.

Partager l'article:
  •  
  •  
  •  
  •  
  • 52
  •  

2 commentaires

  • Diane Gingras

    Bonjour Élodie, j’ai grandement apprécié la lecture de cet article. Ce livre de Stephen King m’a été donné par un ami qui sait que j’aime écrire. Cependant je ne l’ai lu que deux ans plus tard. Par contre c’est une mine de renseignements et une belle incursion dans son monde privé qu’il nous partage. Je suis aussi BlogueurPro et mon blog est sur l’écriture. Ton blog me plaît, il est bien fait et donne beaucoup de valeur à tes lecteurs.
    Bon succès

    • Elodie

      Bonjour Diane et merci beaucoup pour ton commentaire 😉
      Au plaisir de partager nos deux mondes pour apporter encore plus de valeur à nos lecteurs!
      A bientôt 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Vous êtes libre d'obtenir gratuitement votre Concentré de Motivation pour réaliser votre rêve: Devenir écrivain!